Une brève histoire de la Coopération en France…

De Michel Dreyfus

Avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif




Une brève histoire de la coopération en France. Énoncée ainsi, l’entreprise semble un défi réussi par M. Michel Dreyfus, historien, directeur de recherches émérite au CNRS, tant cette histoire de près de deux siècles est riche et diverse. Le fruit de cette histoire c’est un mouvement coopératif puissant en France.
Le poids socio-économique des 21 000 entreprises coopératives françaises est considérable. Elles emploient aujourd’hui 1?million de salariés, occupent une position de leader sur de nombreux marchés et réalisent un chiffre d’affaires cumulé (filiales comprises) de 288 milliards d’euros, l’équivalent de 23 % du chiffre d’affaires réalisé par les entreprises du CAC 40. Elles sont présentes dans la quasi-totalité des secteurs économiques (agriculture et agroalimentaire, artisanat, banque, commerce de détail, pêche, production de biens et services, transport, etc.). Les coopératives sont aussi bien des TPE que de grandes entreprises, même si la majorité du tissu coopératif français est composée de PME.
Face à la crise, les coopératives françaises ont fait la démonstration de leurs atouts et d’un comportement responsable et citoyen. Entre 2008 et 2010 le chiffre d’affaires réalisé par les 100 plus grandes coopératives françaises a augmenté de 4 % et elles ont créé 76 000 emplois.
Les coopératives apportent une contribution essentielle à l’économie française et à la cohésion sociale, il faut donc plus de coopératives. La création est un enjeu majeur, en particulier dans les secteurs innovants. Les coopératives sont porteuses d’innovation sociale, technologique et de création de nouvelles filières par exemple en matière de transition énergétique.
Les coopératives disposent d’atouts spécifiques pour faire face à la crise : la stabilité éprouvée de leur capital, le sociétariat et la répartition équitable des résultats, leur ancrage territorial ; elles sont guidées par le service à leurs membres.
C’est le constat dressé par l’Organisation des Nations unies qui a déclaré 2012 « année internationale des coopératives », avec un sous-titre, « des entreprises pour un monde meilleur ». La coopération est bien une autre manière d’entreprendre où viabilité économique et responsabilité sociale et solidaire, où création de richesses et projet commun, sont conciliables.




Jean-Claude Detilleux,
Président de la Fondation Crédit Coopératif